Faire ses semis intérieurs de manière écoresponsable

Faire ses semis intérieurs de manière écoresponsable

Les mois de mars et avril annoncent le début du printemps. En attendant la fonte des neiges et l’arrivée du gazon, pourquoi ne pas ajouter un peu de verdure à votre quotidien? Le meilleur moyen de le faire est certainement de préparer ses propres semis à l’intérieur.  

Cette année, il est plus difficile que jamais de trouver des semences, puisque celles-ci sont en rupture de stock à plusieurs endroits. C’est pourquoi nous vous proposons plusieurs trucs et astuces afin de faire vos semis sans (presque) rien acheter et de manière écoresponsable. Les deux mots d’ordre: recycler et réutiliser

Bonne lecture!


Pourquoi faire ses propres semis?

Il existe une multitude de raisons pour lesquelles la préparation de ses propres semis intérieurs est avantageux.

D’abord, cela vous offre une plus grande variété de semences. Par exemple, il existe plus de 200 sortes de semis de tomates dans certains points de vente.


Différentes variétés de tomates


De plus, c’est une façon écologique et économique de cultiver ses légumes. Les semis intérieurs vous coûteront beaucoup moins cher que l’achat des mêmes aliments en épicerie (pour environ 3$, vous pouvez retrouver des centaines de graines dans un sac) et vous éviterez également le suremballage. 

Finalement, quoi de plus satisfaisant et agréable que de voir le fruit de ses efforts croître devant ses yeux? Vous pourrez cultiver votre pouce vert, puis déguster vos légumes fraîchement sortis de votre jardin dans quelques mois.


Comment faire ses semis à l’intérieur? 

Les semences

Toujours dans une perspective écoresponsable, récupérez les pépins ou les noyaux de légumes et fruits que vous avez déjà à la maison: tomates, poivrons ou cerises de terre par exemple. Celles-ci feront d’excellentes semences pour débuter vos semis. Vous pouvez également réutiliser les tiges de vos oignons verts, qui repousseront jusqu’à cinq fois après la première plantation.  

Il existe également plusieurs groupes sur les réseaux sociaux dans lesquels vous pouvez trouver des semences à donner ou à échanger. C’est une belle manière d’obtenir une grande variété de semences et de donner au suivant celles que vous avez en trop.

Finalement, si vous devez vous procurer des semences, n’hésitez pas à rechercher des semenciers locaux et à commander les vôtres auprès de ces compagnies d’ici! 

 

Le matériel

Pour débuter la plantation de vos semences, il vous faut un peu de matériel. Vous aurez besoin d’un récipient assez grand pour que les racines puissent s’étendre. Sans s’en rendre compte, plusieurs contenants qu’on possède déjà à la maison font parfaitement l’affaire: emballage de poulet cuit à l’épicerie (fond noir avec le dôme en plastique), pot de yogourts de 650g, gros pots de margarine, cartons d'œuf ou encore n’importe quel plat de plastique que vous avez dans vos armoires.  


Cartons d'oeuf, récipient de poulet et pots de yogourt pour faire ses semis

Vous aurez également besoin de tuteurs pour quand vos semis se mettront à grandir. Vous pouvez alors fouiller dans votre garde-manger ou votre rangement et y sortir des bâtons de bois (de type popsicle), des baguettes à sushis, des pics à brochettes ou encore des cure-pipes. Lorsque vous serez à l’étape de transplanter vos semis à l’extérieur, vous pourrez alors utiliser des branches de bois.

Pour débuter la plantation de vos semences, il faut évidemment de la terre, plus communément appelé du terreau. Si vous n’en possédez pas déjà, il s’agit probablement du seul élément que vous devrez acheter, car le terreau à semis a une composition particulière. Pensez à prévoir la quantité dont vous aurez besoin - afin d’éviter plusieurs voyages - et achetez un gros sac plutôt que plusieurs petits. Encore mieux, il existe certains endroits qui le vendent en vrac!

Sinon, vous pouvez toujours vous informer à votre entourage pour récupérer leurs restants ou vous informer sur différents groupes de jardinage en ligne. Sachez que le terreau se conserve très longtemps et que vous pourrez utiliser celui qu’il vous reste l’année prochaine. 

Finalement, si vous plantez une grande variété de semences différentes, il est indispensable d’avoir des étiquettes pour les identifier. Encore une fois, utilisez ce qui vous tombe sous la main, par exemple un couvercle de pot de margarine que vous coupez en languettes, de vieux stores brisés, des bouchons de liège, etc.


Étiquettes pour semis sur roches, bâtons de bois et bouchons de liège

Source: Pinterest



Faire ses semis intérieurs étape par étape

Maintenant que vous avez regroupé toutes les ressources nécessaires, vous êtes prêt à débuter vos semis. On vous propose une marche à suivre, mais sachez que le jardinage demeure très intuitif et qu’il ne faut pas hésiter à ajouter sa touche personnelle.

  1. Assurez-vous de planter votre semi au bon moment selon un calendrier annuel et la zone de rusticité de votre région;
  2. Percez des trous dans le fond de vos récipient afin de faciliter le drainage de l’eau;
  3. Remplissez vos pots de terreau préalablement humidifié et laissez environ 1 cm entre la terre et le rebord du contenant afin de laisser de l’espace pour l’arrosage; 
  4. Semez vos graines en vous fiant soit à l’emballage ou à un site de semences, ces sources vous donneront de l’information sur les meilleures conditions pour cette semence: température, luminosité et profondeur idéale;
  5. Arrosez (ne pas détremper, seulement conserver le terreau humide);
  6. Si vous le souhaitez, déposez un dôme en plastique* transparent sur votre récipient afin de conserver l’humidité et faciliter la germination. 

* Vous pouvez utiliser le couvercle du récipient de poulet cuit ou encore un contenant de fraises.


Et voilà! Vos semis sont prêts. Maintenant, il faut les entretenir. Voici quelques trucs de l’équipe Tero:

  • Retirez le dôme dès que les pousses sortent de la terre;
  • Placez vos pots sur le bord d’une fenêtre, de préférence orientée plein-sud; 
  • Arrosez le terreau pour l’humidifier lorsque celui-ci est sec; 
  • Transplanter vos pousses dans un plus grand contenant lorsque environ quatre vraies feuilles se sont créées. De cette manière, les racines - faites attention, elles sont fragiles - pourront prendre plus d'expansion et vos semis deviendront plus forts. 

Ce qu’il faut retenir, c’est que ces conseils peuvent être très pratiques pour la préparation de vos semis intérieurs, mais qu’il faut également se fier à sa propre expérience. Il n’y a pas de recette magique pour le jardinage et c’est une activité avec beaucoup d’essais-erreurs. Ceci-dit, il existe des moyens écoresponsables et faciles de cultiver ses propres légumes et nous espérons vous en avoir inspiré quelques-uns. 

N’hésitez pas à nous partager en commentaires quels sont vos trucs indispensables quand vous préparez vos semis. 


Par: Claudia Larose

Membre de l'équipe Tero

5 commentaires

oct. 12, 2021 • Publié par Nataly

Ce que j’aime par-dessus tout c’est ‘’ le jardinage est intuitif ’’, n’est-ce pas merveilleux de se faire confiance… Votre article donne des lignes de direction mais n’impose rien, MERCI !

mars 07, 2021 • Publié par Noël

Merci,
Sujet intéressant…

mars 07, 2021 • Publié par Dan

Excellent conseils clairs! Ça fonctionne: je ramasse les casseaux de petits fruits pour les petits plants, les boites à oeufs pour les courges, et les cartons de lait pour les tomates. Et je fais sécher les semences de mes légumes sur un bout de tissu.
Merci!

mars 07, 2021 • Publié par Liliane Benoit

Très gentil de nous partager votre savoir.

mars 07, 2021 • Publié par Marthe Bartholomeus

Où placer les semis avant que les quatre premières feuilles apparaissent ? À la lumiere ou à la noirceur ? Merci de vos bons conseils.

Laisser un commentaire: